Difficultés de circulation à Vernaison : tout le monde subit

0
216

Le mois de juillet n’est pas simple pour tous ceux qui empruntent les voiries de Vernaison : en effet, plusieurs opérations se percutent, rendant le quotidien compliqué.

Les travaux décidés en 2017 par la Métropole dans le cadre du plan pluri-annuel d’investissements ont démarré à Vernaison en 2018 et se termineront en novembre 2019. Ils ont été rendus nécessaires par les inondations fréquentes d’habitations en cas de pluies fortes. Un réseau séparatif est donc mis en place sur Charly et sur Vernaison, entraînant des circulations alternées ou des fermetures de voirie, qui obligent les usagers à trouver d’autres itinéraires.

Sur ce mois de juillet, ce sont les travaux décidés par l’Etat sur le pont de Givors, qui créent le plus de perturbations. Onze phases de travaux concernent le pont de Givors et ce jusqu’au 15 septembre. Différents itinéraires de déviations ont été prévus et seul un de ces itinéraire concerne Vernaison, celui pour la circulation des engins agricoles. Il semble donc que les automobilistes et chauffeurs-routiers ne tiennent pas compte des déviations, préférant probablement se fier aux applications type Waze.

Ces travaux métropolitains et ceux décidés par l’Etat sont certes concomitants mais interviennent à une période de l’année probablement moins problématique que lorsque les scolaires et leurs parents circulent aussi, aux heures de pointe. Il faut donc s’armer de patience car ces travaux et réparations sont indispensables et bénéficient à tous.

Ces derniers jours sont venus se rajouter à tout cela une série d’événements qui ont compliqué cette circulation : la réparation en urgence d’un mur surplombant la voie ferrée à la TOUR de MILLERY obligeant ainsi les trains à ralentir, un accident mortel à Irigny entraînant plusieurs heures de fermeture du passage à niveau, des automobilistes impatients  ont forcé le passage à niveau entraînant encore la fermeture de celui-ci pendant de longues heures.

Restons prudents !

LAISSER UN COMMENTAIRE